A quoi sert un refuge ?

A quoi sert un refuge ?

Une paire d’yeux lugubres jaillit d’entre les barreaux métalliques. Les moustaches s’agitent dans l’attente, les oreilles se dressent, et une petite tête s’incline lorsqu’un enfant et ses parents passent. Cette famille sera-t-elle la bonne ?

Ce scénario se répète des millions de fois chaque année dans tout le pays. Les animaux perdus ou dont les propriétaires ne veulent plus sont déposés dans des refuges pour animaux, où ils sont hébergés et soignés, mais souvent de façon temporaire. Malheureusement, les refuges sont la dernière étape pour plus de la moitié des animaux qui y aboutissent. Seule la moitié environ des animaux qui entrent dans un refuge retourneront un jour chez leur propriétaire initial ou trouveront un nouveau foyer. Les autres devront être euthanasiés.

Dans cet article, nous allons examiner le fonctionnement des refuges pour animaux, voir comment les animaux sont pris en charge pendant leur séjour et apprendre comment les refuges et les organisations de sauvetage des animaux aident les animaux perdus à trouver des foyers aimants. Certaines fois, des animaux sont adoptés par des entreprises pour permettre de donner un environnement plus convivial aux salariés, c’est aussi l’occasion pour les animaux de refuge de profiter d’une grande famille avec qui il pourra sortir et recevoir de l’amour. Les établissements en plein air comme les centres équestres ou encore les campings adorent adopter des animaux qui pourront vivre en autonomie dans leur établissement. Voir les sites de https://www.camping-manche.ovh/ et https://www.location-vacances-manche.ovh/mont-saint-michel/

L’essentiel sur les refuges pour animaux

Environ 5 000 refuges pour animaux fonctionnent aux États-Unis. Ce sont des organismes à but non lucratif. Certains d’entre eux sont gérés par les services de contrôle des animaux des gouvernements locaux et d’autres agissent en tant qu’entités totalement indépendantes. Il n’existe pas d’organisme national chargé de superviser les refuges pour animaux ; cependant, la Humane Society of the United States (HSUS), l’American Society for the Prevention of Cruelty to Animals et d’autres organisations à but non lucratif qui se consacrent au bien-être des animaux fournissent le financement et les directives nécessaires au bon fonctionnement des refuges.

Qu’est-ce qu’un nom ?

Autrefois, les « animaux errants » étaient ramassés par des « attrapeurs de chiens » et emmenés à la « fourrière ». Aujourd’hui, le langage utilisé pour décrire le processus est beaucoup plus doux. Les « agents de contrôle des animaux » trouvent les animaux « sans abri » et les emmènent dans des « refuges », où ils sont pris en charge jusqu’à ce qu’ils puissent être « adoptés ». Ces nouvelles expressions reflètent l’évolution des attitudes de la société à l’égard du bien-être des animaux.
De nombreux refuges pour animaux acceptent à peu près tous les types d’animaux domestiques, y compris les oiseaux, les lapins et même les chevaux, mais les chats et les chiens sont de loin les principaux pensionnaires. Selon la Humane Society, entre 6 et 8 millions de chiens et de chats sont recueillis chaque année dans les refuges. Certains sont amenés par des propriétaires qui ne peuvent plus les garder. D’autres sont trouvés errants dans les rues et amenés par les agents de contrôle des animaux.

Dans l’idéal, un animal ne reste dans un refuge que jusqu’à ce que son propriétaire revienne ou qu’il soit adopté. Malheureusement, les refuges n’ont pas assez de place pour héberger indéfiniment tous les animaux qu’ils reçoivent. Plus de la moitié des chats et des chiens qui entrent dans les refuges sont euthanasiés parce qu’ils sont trop malades ou trop vieux, ou parce qu’ils ne trouvent pas de foyer.

La durée du séjour d’un animal dans un refuge dépend uniquement des lois locales et des règles de chaque refuge. Bien que la Humane Society recommande aux refuges de garder les animaux errants pendant au moins cinq jours, le nombre réel de jours peut varier en fonction de l’espace disponible dans le refuge, ainsi que de la santé et de l’adoptabilité des animaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *